Les alternatives au glyphosate

Article édité le 16/08/2018
Crédit photo : Andreas sur Pixabay

Vous faites partie des jardiniers amateurs qui se méfient du glyphosate ? Son usage est en effet très controversé et s'accompagne de précautions d'emploi plutôt contraignantes. Nous vous donnons quelques pistes qui vous inciteront à éviter l'usage de désherbants chimiques.

Mauvaises herbes isolées

Voici comment réaliser des désherbants faciles d'emploi.

  • Eau additionnée de vinaigre blanc (1 cuillère à café pour 1 litre d'eau)
  • Eau additionnée de gros sel de cuisine fondu (1 cuillère à soupe pour 1 litre d'eau)
  • Eau de cuisson des pommes de terre
  • Eau bouillante

Versez quelques gouttes d'une de ces solutions au pied des mauvaises herbes un jour de grand soleil. À réserver aux mauvaises herbes isolées car un tel traitement n'est évidemment pas recommandé à grande échelle.

Allées et abords de la maison

Allées bordées de massifs avec un paillis végétal
Allées bordées de massifs avec un paillis végétal - crédit photo : Ulrike Mai sur Pixabay

Beaucoup de propriétaires de pavillon ont l'habitude de vaporiser un désherbant pour nettoyer les terrasses, les allées, les murets, les clôtures de leur propriété. Voici quelques conseils pour abandonner de telles pratiques :

  • Lorsque vous aménagez vos allées, veillez à ce que la solution choisie n'encourage pas la pousse. Certaines précautions lors de la mise en place de vos gravillons, dalles et pavés sont indispensables comme de décaisser et de mettre un feutre géotextile.
  • Plantez d'arbustes les limites de votre propriété le long de votre clôture. Prenez bien soin des jeunes plants en désherbant manuellement le pied de vos arbustes la première année, puis d'année en année la pousse des mauvaises herbes sera limitée par l'ombre procurée par l'arbuste planté.

  • Semez de la pelouse : évitez les zones non plantées sur votre terrain. Si vous souhaitez réserver des zones pour vos massifs fleuris, pensez en amont au temps que leur entretien vous demandera de façon à obtenir une bonne gestion de votre espace. Ne multipliez pas les zones spécifiques : ce sera d'autant plus difficile à entretenir. Réalisez des massifs que vous pourrez contourner facilement avec la tondeuse.
  • Réalisez des paillis végétaux partout où la terre est à nue afin de ne pas favoriser la germination des graines de mauvaise herbe que le vent ne manquera pas d'apporter. Vos paillis peuvent être constitués de copeaux de bois, de débris végétaux broyés, de paille, et même de tontes de gazon si vous avez tondu avant la montée en graine du gazon.
Fraisier protégé par un paillis végétal
Fraisier protégé par un paillis végétal - crédit photo : Andreas sur Pixabay

A lire aussi : Initiation au jardinage

Place nette avant semis

Si votre objectif est de faire place nette sur une zone de votre terrain afin de pouvoir y réaliser un massif de fleurs ou un coin de potager, voici des solutions qui vous permettront de ne pas faire usage de produits chimiques.

  • Couvrez la zone à traiter durant 3 semaines avec une bâche noire (les plantes sous la bâche se décomposeront sous l'action de la chaleur).
  • Pratiquez la culture "en lasagnes" : récupérez du carton marron, puis déposez dessus une couche épaisse de déchets verts (tailles de haie, mauvaises herbes, tontes de gazon, feuilles mortes, branchages broyés, paille, épluchures de fruits et légumes...). Ensuite terminez par une couche de compost ou de terreau. Il ne reste plus qu'à installer vos jeunes plants et à les arroser régulièrement, sans vous soucier de ce qui poussait sous le carton !
  • Si vous habitez une région rurale et que la zone concernée est à la fois très grande et clôturée, "empruntez" quelques semaines des chèvres ou des moutons à un éleveur du coin. Les poules également sont capables de vous retourner totalement un terrain en quelques semaines !

Optimisez le désherbage manuel

L'arrachage manuel des mauvaises herbes est fastidieux mais voici quelques astuces pour optimiser vos efforts :

  • Utilisez des gants et un griffoir pour enlever les racines. Si vous n'enlevez pas la totalité des racines, votre travail sera inefficace.
  • Agissez au bon moment, c'est à dire avant que la mauvaise herbe ne soit montée en graine. Par exemple, au mois de mai vous pouvez arracher les pissenlits avant que leurs fleurs ne montent en graine, de façon à éviter la prolifération.
  • La nature ayant horreur du vide, dès arrachage d'une mauvaise herbe prenez des précautions : paillez, ou semez autre chose. Lorsque vous arrachez une mauvaise herbe sur votre pelouse, versez quelques graines de gazon à la place de la plante arrachée.
  • Soyez réaliste, le mieux est l'ennemi du bien ! Alors essayez d'avoir un peu de tolérance avec les pâquerettes ou les boutons d'or. Vos efforts sont compréhensibles pour les éradiquer dans un massif de tulipes et de rosiers, mais laissez-les s'installer au bord des allées ou sur la pelouse.
  • Au potager, ratissez au râteau régulièrement autour de vos plants : un geste simple pour éliminer les mauvaises herbes avant qu'elles ne s'installent trop profondément.
Passez le râteau sur les jeunes pousses de mauvaises herbes
Passez le râteau sur les jeunes pousses de mauvaises herbes - crédit photo : Dean Moriarty sur Pixabay

Gare aux envahisseurs !

Ne laissez pas entrer le loup dans la bergerie ! Méfiez-vous des espèces envahissantes que vous apprécierez quelques temps mais dont vous aurez bien du mal à vous débarrasser une fois qu'elles auront colonisé la moitié de votre terrain. C'est le cas du lierre, de la vigne vierge ou du bambou. Renseignez-vous bien avant d'introduire une plante dans votre jardin.

Cherchez vos alliés dans la nature

Lorsque vous vous trouvez nez à nez avec une mauvaise herbe, vous la voyez uniquement comme une nuisance. Or cette petite plante a quelque chose à vous apprendre sur la nature du terrain. Par exemple, la présence de bouton d'or et de plantain vous permet d'identifier un sol à tendance argileuse. De cette précieuse information, vous pouvez tirer un double avantage : d'une part vous éviterez les erreurs de plantation. Mais surtout, vous vous efforcerez de remplacer les mauvaises herbes par une plante de la même famille afin d'obtenir un résultat durable. Par exemple, là où vous avez arraché des boutons d'or, plantez des renoncules, elles sont de la même famille !

La renoncule est de la même famille que le bouton d'or
La renoncule est de la même famille que le bouton d'or - crédit photo : Ralph sur Pixabay

Pour conclure

En réfléchissant à une gestion optimale de votre jardin et en l'aménageant en conséquences, vous aurez fait le plus gros du travail. Alors prenez le temps de considérer l'espace dont vous disposez afin d'aller vers une éviction totale des désherbants chimiques. Cela vous évitera de manipuler des produits qui ne sont pas anodins pour votre santé. Cela vous permettra également de profiter sans arrière-pensée de la vision de votre coin de nature préservé.

Auteur : Sylvaine Garderet  Suivre Sylvaine Garderet sur Facebook  Suivre Sylvaine Garderet sur Twitter

Au jardin aujourd'hui :

Dicton du jour :

" "

Voir aussi...

Vous aimerez aussi + d'articles sur le thème /Jardinage



Soyez la première personne à commenter :


Nom
Titre
Commentaire
Pour valider votre commentaire, cliquez dans la case ci-dessous :